Hashimoto ou l’hypothyroïdie, quelle est la différence ? Mais cela ne change pas de traitement

 

Les problèmes avec la thyroïde et son mauvais diagnostic

Les médicins rarement expliquent ce qui est l’origine de la maladie ni pourquoi le patient est tombé malade et « «le traitement» de sa Microbiota, Hashimoto ou l’hypothyroïdiemauvaise gestion des hormones synthétiques sans trouver la cause le plus souvent

ne finit que par une amélioration temporaire. Le changement de mode de vie et de nourriture est indispensable dans la reconstruction.

La thyroïde est très sensible à de différents changements métaboliques. Les facteurs qui peuvent limiter son foctionnement ou intensifier les maladies ayant un composant Al ( il y a plus de 100 de maladies Al) sont :

 

  • les troubles de la glycémie
  • l’infection aux intestins ou l’hyperperméabilité intestinale
  • les problèmes avec les glandes surrénales
  • la stimulation excessive du système nerveux sympathique
  • le système endocrinien instable
  • le mauvais fonctionnement du cerveau

 

 

LE DEFAUT DE L’HYPOTHALAMIQUE PARAVENTRICULAIRE, PT A ;B ;C ;D

 

A. LIEE AU DEFICIT EN SEROTONINE DANS LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL

Les résultats des tests seront au-dessous de la norme functionelle -la TSH plus faible que 1.8, mais dans les limites des normes de laboratoire et la personne ressentira toutes les symptômes de l’insuffisance. L’hypothalamique et la glande pituitaire forment une entité fonctionnelle qui contrôle le fonctionnement de quelques glandes endocrines : la thyroïde, le cortex surrénal et les gonades – et aussi de plusieurs fonctions physiologiques de l’organisme.

Le troubles de la glycémie (l’hypoglycémie reactionnelle, IO, le diabète) sont la plus fréquente raison du déficit en SEROTONINE. Le déficit en SEROTONINE cause un chaos total dans la communication des neurones ce qui rend la communication entre le cerveau et la thyroïde plus difficile.

Le soutien : d’activité et de synthèse de la sérotonine à l’aide de suppléments. Il faudrait soutenir le corps dans le cadre de la réaction au stress à l’aide d’adaptogènes et de la récupération du bilan glycémique à l’aide de la nourriture.

 

B. LIEE AU DEFICIT EN DOPAMINE DANS LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL

Les troubles de la glycémie et la méthylation inappropriée sont ici une raison très fréquente des déficits en dopamine. Par contre, le déficit en dopamine et en sérotonine ensemble cause un chaos total dans la communication des neurones ce qui rend la communication entre le cerveau et la thyroïde plus difficile. Cela entraîne la baisse de la TSH au-dessous de 1.8, T4 au-dessous de 6. Les personnes avec ce type de l’insuffisance et du déficit en dopamine et la TSH basse : les réveils difficiles, la fatigue pendant la journée, les troubles de la concentration.

Le soutien : pt.1 + le soutien pour le processus de la méthylation

 

C. INTENSIFIEE PAR LA PARTICIPATION DE LA REACTION IMMUNE CE QUI MENE A LA TSH ABAISSEE

L’inflammation qui commence par l’infection aux intestins, les infections virales chroniques, la maladie de Lyme, les intolérances alimentaires, les mycoses ou d’autres facteurs environnementaux peuvent dégrader l’hypothalamique qui en effet perd sa capacité à communiquer proprement avec la thyroïde. Ces personnes, à part le taux de la TSH abaissée (au-dessous de 1.8), T4 (au-dessous de 6) auront le taux bas de leucocytes (WBC) dans les tests laboratoires.

Le soutien : l’éradication du virus/des mycoses, le soutien des cellules immunitaires T-régulateur et viser à regagner le bilan de cytokines des cellules immunitaires Th1 et Th2.

 

D. INTENSIFIE PAR LE TAUX ELEVE DE LA PROLACTINE CE QUI MENE A LA TSH ABAISSEE

La prolactine est très sensible aux changements des taux de dopamine, d’hormones de thyroïde, de progestérone et de sérotonine. Les changements des taux dans les hormones que j’ai dit peuvent augmenter le taux de prolactine en limitant la TSH et l’hormine lutéinisante (LH) en même temps, en entraînant la suppression des hormones reproductrices chez les femmes et les hommes. La hyperprolactinémie, une tumeur bénigne de la glande pituitaire, aussi augmente le taux de la prolactine qui baisse le taux de la TSH.

 

AUTRES DEFAUTS :

 

E. LA LIMITATION DU FONCTIONNEMENT DE LA GLANDE PITUITAIRE A CAUSE DU TAUX ELEVE DE CORTISOL

La production à l’issue du taux de cortisol chroniquement élevé qui limite le fonctionnement de l’hypothalamique et au fait conduit à la baisse du taux de TSH. Comme dans les cas précédents la personne peut ressentir toutes les symptômes de l’hypothyroïdie en ayant les résultats « correctes» des tests. Les résultats des tests seront en dessous de la normale fonctionnelle, mais dans les limites des normes laboratoires.

Je m'abonne à la Newsletter

Pour recevoir toutes les actualités et offres promotionnelles de Beauty Body, Inscrivez - vous à la newsletter

Merci pour votre inscription à la Newsletter